Paviot : Publique ou Privée

L’école de Paviot avec ses 44 enfants n’était pas viable …

Alors on ferme !!!

Mais huit enfants en maternelle avec un encadrement de cinq personnes dans la même école, le même espace…

Cela est viable … à condition que vous payiez 600 euros par enfant sans oublier 300 euros d’inscription et la cantine en sus !!!

Pour l’instant on parle de la maternelle ?

Si vous gagnez le SMIC …..ne rêvez pas !! même si votre enfant a un QI élevé !

J’ai l’impression de revenir en arrière: A l’école  je me souviens que l’on reconnaissait les différentes couches sociales,  les filles qui avaient de jolies blouses… la fille du médecin, du pharmacien … et, les autres … les filles avec des blouses grises qui grattaient les bras, le cou !

Source: La Rédaction

ecolepaviot

Image issue du Dauphiné Libéré du Mardi 5 Janvier 2016

C’est le Cirque à Voiron !

UN CIRQUE EN OR…

Parti de Grenoble, le Festival international du Cirque est venu planter son chapiteau à Voiron. Personne ne conteste le plaisir et l’intérêt d’un tel événement pour notre ville. Mais voilà l’addition est salée. Au départ il a été annoncé un coût pour la ville de 75 000 € autant pour le Pays Voironnais. 150 000 € c’est cher, mais pourquoi pas, puisqu’il a été promis des retombées économiques importantes pour l’économie locale. De plus le Maire de Voiron rassure tout le monde « c’est un engagement pour un an, nous ferons le bilan et prendrons ensuite la décision de poursuivre l’aventure ou non ».
Malheureusement la réalité n’est pas la même. Lors de la décision modificative au budget présenté au Conseil Municipal du 9 novembre 2015 c’est une rallonge de 43 000 € pour la ville autant pour le Pays Voironnais. Le compteur s’affole pour atteindre aujourd’hui 236 000 €. Mais ce n’est pas fini. Il ne sert à rien de tenter de minimiser les choses, il y aura bien encore des heures et des heures de travail pour les services municipaux à remettre en état le sol du terrain de La Brunerie. L’addition n’est pas terminée. Les heures de la police municipale, des techniciens ville et Pays Voironnais sont également à ajouter. Nous atteindrons certainement une dépense pour le contribuable de plus de 250 000 €. Mais ce n’est pas grave, car il y a des retombées économiques : 105 000 € d’après le producteur privé. Oui quand on fait la différence le compte n’est pas bon. Le Maire nous dit l’importance d’avoir mis le sourire aux lèvres des voironnais dans le moment difficile que nous traversons. Il suffisait Monsieur le Maire d’accueillir un grand cirque  qui aurait pris le risque comme tout vrai entrepreneur. Mais voilà ce n’est pas suffisant, l’on préfère maintenant à Voiron les opérations qui brillent sur celui en profondeur. La ville a fait le choix de mettre 125 000 € sur un événement que d’apporter son soutien aux associations voironnaises, à la M.J.C ou encore à une véritable politique de soutien aux commerçants du centre-ville qui se meurent (ce n’est pas le parking des tisserands vide qui est la solution).
Pourquoi Monsieur le Maire ne pas avoir tenu votre engagement ? Pourquoi avoir présenté une délibération pour reconduire la convention avant le bilan financier définitif ? Pourquoi nous avoir fait croire que le Conseil Municipal déciderait, alors que le programme 2016  a été distribué avant que l’édition 2015 ait lieu ?
Monsieur le Maire se plaint des baisses des dotations de l’état, souhaite baisser les impôts locaux. Si nous pouvons comprendre cela, nous  pouvons même l’aider, le festival du cirque à Voiron pourquoi pas, mais pas sur le dos du contribuable.

Article original avant parution dans  » A Voiron  » de Janvier 2016

Pays Voironnais : nouvelles taxes sur les parkings TER

Modalités de gestion et de tarification des parkings des gares

Vous nous soumettez une délibération, ce soir, sur la gestion et tarification des parkings des gares.
Outre le fait que nous avons l’impression d’être dans une marche en avant forcée, des questions restent en suspens sur le caractère précipité de ces décisions.
Nous n’avons pas eu, en commission, d’éléments sur le coût actuel de la maintenance des parkings, celui en silo de Rives et celui de surface à Moirans, éléments qui devraient apparaitre dans le budget prévisionnel : si ce coût est dérisoire aujourd’hui, pourquoi serait-il exponentiel demain ?

Vous avez concerté les maires des communes concernées (et d’ailleurs le maire de Rives n’est pas favorable à cette proposition) mais aucune concertation du côté des associations d’usagers. Vous défendez des valeurs de démocraties participatives avec une charte qui nous a été présenté mais vous concertez après avoir délibéré. Etonnante conception de participation !
Les objectifs exprimés et que je partage sont de faciliter l’accès aux trains, de valoriser les transports en commun et mode doux. Comment peut-on être dans une dynamique de valorisation lorsque le contribuable voironnais subit la double peine de payer le parking par ses impôts et par son abonnement. Sachant que les abonnements de stationnement ne sont pas obligatoirement pris en charge par l’employeur.

Aujourd’hui, les usagers de Rives ont un parking gratuit et demain ils devront avoir un abonnement de 20€/par mois (220€/an), pour avoir la vidéo surveillance en plus qu’ils n’ont pas demandé ! Un fois de plus on diminue le pouvoir d’achat des salariés parfois modestes. Ces usagers auront avantage à se garer sur le parking du supermarché très proche !
Ou alors, les usagers n’auraient-ils pas intérêts à prendre leurs voitures et à déclarer aux impôts leurs frais de déplacements professionnels ?

Vous évoquez les contraintes budgétaires et proposez un coût d’équipement des parkings de Moirans et Rives de 500 000 €, amortis sur 10 ans. Est-ce nécessaire dans la conjoncture actuelle, sachant que cet investissement ne sera pas générateur d’emploi (sauf celui du gardien ?). Nos parkings actuels sont-ils à ce point insécure pour recourir à du gardiennage ? Personne n’en n’a fait état à ce jour.
Quant au prestataire, il semble déjà choisi… en commission nous avons entendu le nom de Vinci. Ceci cache-t-il d’autres projets ?
Cette délibération est vraiment un mauvais signe pour l’environnement juste à la fin des négociations de la COP 21 ?
Pour ma part, je souhaite que cette délibération soit reportée.
La Rédaction, le 22 décembre 2015

Histoire et patrimoine de Voiron : La Vouise

La Vouise qu’on appelle aussi La Vouisse ou encore Le Replat, est la colline qui surplombe la ville et que tous les voironnais connaissent au moins de vue.

D’une hauteur de 737 mètres, la colline arbore une statue de  » Notre Dame de Vouise « , une vierge montée sur une tour installée en 1868.

Le panorama vu d’en haut est absolument splendide et une table d’orientation permet de connaître le nom de tous les sommets et points de vue alentour. En point d’honneur, les massifs de La Chartreuse et du Vercors.

 

Construite par Charles Hérold, chaudronnier de Saint Laurent du Pont, la statue de Notre Dame de Vouise est une réplique en cuivre de 7 mètres de haut de la statue de Notre dame de France au Puy-en-Velay.

La statue a été financée par une souscription lancée par les habitants du Voironnais en 1864. Après avoir été exposée sur la place du marché à Voiron, elle fut démontée et montée en pièces détachées au sommet de la colline. Le montage a été terminé en 1868.

url

Trois itinéraires sont possibles pour accéder au sommet de la colline de La Vouise et il faudra enfin monter 90 marches pour admirer l’œuvre de Charles Hérold.

Depuis quelques années, à l’initiative de l’ancien maire, Roland Revil, une balade jusqu’au sommet de La Vouise est organisée chaque début du mois de juillet. En 2015, les courageux ont rendez-vous le 04 juillet. Le conteur, Louis Dompnier, sera de la randonnée et racontera 3 histoires pendant la montée. Prévoyez votre pique-nique afin de passer un bon moment et récupérer des forces arrivés en haut…

Source: Wikipedia.

Sur le même sujet:

– Blog d’Antoine Salvi

– Gite La Source

Les oppositions font le bilan de la première année de mandat de l’équipe Polat

Lettre

Critiques, forcément critiques

Un peu plus d’un an après les élections municipales, et après avoir interrogé le maire sur son bilan (notre édition du 9 avril), nous avons demandé aux deux groupes minoritaires (gauche et Front national) de dresser leur bilan du début de mandat de l’équipe Polat. Un bilan critique, cela va de soi… Sébastien DUDONNÉ

Le moment fort, le baromètre d’une année de mandat, c’est le budget et les décisions politiques qu’il traduit. Pour Alexandre Collin, le maire «a fait ce qu’il avait promis». Mais l’élu FN a voté contre le budget, car il aurait souhaité une baisse des impôts locaux et des investissements, et davantage de soutien aux commerçants. En revanche, la baisse des subventions aux associations lui convient (c’était dans son programme), même si elle «reste symbolique». Y compris les 10% de baisse pour la MJC ? « C’est une bonne idée. Tout le monde doit participer. Et j’ai entendu des choses aberrantes sur son fonctionnement: elle doit revoir sa façon de faire

«Effet d’annonce»
Sans surprise, le son de cloche est différent à gauche. «Déjà, il y a eu un effet d’annonce, relève Nicolas Charléty (PS), ex-adjoint chargé des finances: ils ont comparé le budget 2015 au compte administratif 2014, ce qui ne peut pas se faire, en disant qu’il y avait une baisse de la masse salariale de 0,5%… Et il y a déjà un réajustement en cours. Après, on nous annonce une hausse des investissements, mais il y aura trois pages de reports de 2014 sur 2015 au prochain conseil ! Les 60000€ enlevés àlaMJC, ce n’est pas une problématique financière, c’est un choix purement politique: il veut que la politique jeunesse soit maîtrisée par la municipalitéLinoTricoli souligne que «la baisse des dotations de l’État est systématiquement évoquée, alors que notre équipe
l’avait anticipée et déjà subie; de plus, il y a des recettes qui viennent l’atténuer. Au sujet des baisses de subventions, le maire dit que l’effort doit être partagé, mais il est plus partagé par certains que par d’autres…» Nicolas Charléty enfonce le clou: «On ne peut pas reprocher pendant toute une campagne au maire sortant qu’il n’avait pas suffisamment de volonté politique et aujourd’hui invoquer les baisses de dotations de l’État: il ne peut pas dire à Roland Revil “Vous pleurez tout le temps que c’est la faute des autres” et prendre ensuite le costume qu’il dénonçait

«LE CHIFFRE: 1,03»

C’est, en millions d’euros, ce que vont coûter l’achat (430000€) et la rénovation (600000€) de l’espace Cévé (pour y installer des services municipaux). Pour M.Collin, «cet achat aurait pu attendre, ce n’était pas primordial». Pour M.Revil, «une banque avait prévu de s’y installer: on a peut-être raté une occasion d’implanter une entreprise qui aurait créé de l’emploi.» Selon M.Bally, «c’est un jeu de chaises musicales, qui est le fruit du renoncement à la dynamique économique de  DiverCité», et plus précisément à la tour Signal, qui devait accueillir des services municipaux (et du Pays voironnais), ainsi que des entreprises.

group1

Des décisions «symboliques»

Plusieurs décisions idéologiquement marquées à droite ont été prises. Même si, pour la vidéosurveillance, «le maire s’accapare un dossier préparé par mon équipe!» s’insurge M.Revil, son prédécesseur. Selon M.Charléty, «la vidéosurveillance est un outil, pas un objectif en soi. Et ce n’est pas le seul moyen de lutter contre la délinquance. On retombe dans un manichéisme vieillot: il faut bien sûr de la prévention et de la répressionM.Bally conclut: «Il n’y a eu aucune évaluation de l’efficacité de la vidéo protection ni aucun débat sur son extensionM.Collin, lui aussi, pense que la vidéosurveillance a été «préparée par l’ancienne majorité et faite par la nouvelle. C’est une bonne chose, on la réclamait. Mais on espérait qu’il y aurait un policier derrière les écrans en permanence…» L’arrêté anti-mendicité ? « Court terme, dogmatique, symbolique, immédiat… C’est plus facile de s’attaquer aux pauvres qu’à la pauvreté», grince M.Bally. «Des lois existent, pas besoin de prendre cet arrêté. Mais ça donne un signal à une partie de son électorat…», dit M.Charléty. «Nous ne nions pas les difficultés de cohabitation», insiste M.Tricoli, qui dénonce cependant l’amalgame entre mendiants et Roms. M.Collin, lui, a donné son soutien au maire après cet arrêté. «Il y avait eu des plaintes à cause de la gêne occasionnée. Cela dit, ça reste un arrêté, il ne faut pas crier au loup.» Le voyage pour commémorer Camerone ? L’élu FN estime que c’est «culturel: ceux qui y vont, ça les intéresse.» Les élus de gauche,qui n’en ont pas été informés à la mairie, estiment que c’est «révélateur des valeurs du maire» et se demandent  si c’était à la Ville d’organiser ce voyage.

«On a le sentiment d’un pouvoir très concentré»

La première chose qui ne plaît pas à gauche, c’est la méthode du maire. «On a le sentiment d’un pouvoir très concentré dans ses mains et d’une certaine faiblesse de la démocratie interne», lance M.Bally. «C’est pareil sur le fait de donner la parole aux citoyens, poursuit Mme Favier: il a mis un an pour remettre en place les conseils de quartier; pour l’école Paviot, il a vu les personnes une fois et il pense qu’il a fait une concertation. Il assomme et après il dit “Venez, on va parler”! Il veut toujours gagner des combats et pense que pour gagner, il faut que les autres perdent.» Pour M.Charléty, le maire «fait des choix pour obtenir des résultats dans l’immédiateté. Je ne vois pas de politique sociale, du logement, culturelle, sportive, d’urbanisme à long terme pour Voiron. On cherche le résultat immédiat, ce qui se voit, ce qui peut se montrer.» Mme Favier ajoute: «Ils font fi de ce qui a existé. Il n’y a pas de continuité. C’est une gestion à la petite semaine. Quel est le fil conducteur ? De plus, le maire ne regarde pas tous les Voironnais, mais seulement ceux qui ont voté pour luiAlexandre Collin, lui, estime juste que M.Polat «a fait beaucoup de choses en peu de temps».

Un parking coûteux, un patrimoine vendu peu cher

Concernant la vente du patrimoine foncier, M.Tricoli se souvient que, lors du mandat précédent, la droite «nous accusait de brader le patrimoine de la Ville: ils font au moins aussi bien, sauf qu’on peut s’interroger sur le prix des cessions, puisque l’ancienne Banque de France est vendue moins cher que son prix d’achat [notamment en raison d’un gros dégât des eaux, NDLR]… » M.Collin note que M.Polat «avait dit qu’il ne le ferait pas, mais il l’a fait!»
Concernant la création du parking Tardy, M.Revil est sec : «C’est un mauvais choix, il y a dix à vingt voitures par jour, alors qu’il reste des places aux Tisserands… Il est pris dans sa promesse électorale. C’est un parking qui coûte cher pour peu de retourM.Charléty ajoute: «Il aurait fallu réfléchir à une offre au nord de la ville.» Pour M .Collin, «ils ont fait une fixation sur le stationnement… M.Polat l’a promis, il l’a fait. Mais ce n’était pas une priorité.»

Source: Edition Dauphiné Libéré du 8 Mai 2015

CR du conseil communautaire du Pays Voironnais – 27 Janvier 2015

  Compte Rendu du Conseil Communautaire
   27 janvier 2015 

CR Conseil communautaire 27 janvier 2015

 

Sommaire

• Projet de territoire
• Indemnité de Conseil du Receveur de la Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais pour l’exercice 2014
• Création d’un nouveau budget annexe pour les opérations d’aménagement structurantes gérées en régie
• Ajustement des financements de l’opération de rénovation thermique du Quartz
• Mise en oeuvre du réseau informatique des médiathèques du Pays Voironnais
• Délibération générale pour autoriser le Président à demander des subventions sur les projets culturels
• Signature d’un contrat de vente annuelle de compost de déchets verts avec SITA REMEDIATION
• Signature d’un contrat de vente annuelle de compost de déchets verts avec SNC Reynaud Frères
• Aliénation de véhicules pour les services du Pays Voironnais
• Programmation des travaux eau potable 2015
• Programmation des travaux assainissement 2015
• Avenant de prolongation de la durée du marché à bons de commandes « valorisation des boues des stations de traitement des eaux usées de la Communauté du Pays Voironnais »
• Augmentation de la dotation financière du Pays Voironnais au Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) de l’isère
• Avenant n°2 au marché de maîtrise d’oeuvre portant sur l’amélioration du traitement de l’eau potable des ressources de Sambuis et Pécatière
• Convention de délégation de maîtrise d’ouvrage de la ville de Voreppe au Pays Voironnais pour la réalisation des travaux de mise en séparatif de la partie eaux pluviales dans le centre-bourg
• Mise en conformité du captage du Colombier (Saint Etienne de Crossey) — Lancement des travaux, demande de prorogation du délai de mise en conformité et demande de subventions
• Mise en conformité du captage du Puits d’Enfer (Saint Etienne de Crossey) — Lancement des travaux, demande de prorogation du délai de mise en conformité et demande de subventions
• Mise en place d’un comité de pilotage pour la conduite des opérations DiverCité et Rossignol- République
• Pôle d’échanges de Vairon : présentation des études d’avant-projet pour la gare routière sud et l’accès sud à la gare TER
• Restructuration des bâtiments d’hébergement B sur le site de la Brunerie : avenants aux marchés de travaux — Lots n° 2 et n° 10
• Construction d’une légumerie industrielle : avenants aux marchés de travaux — Lots n°9 et n° 11
• Conventions d’application relative au programme Nana 2017
• Labellisation French Tech — Digital Grenoble : adhésion de principe du Pays Voironnais à l’association Digital Grenoble
• Renouvellement du marché des espaces verts des zones d’activités du Pays Voironnais.
• Convention d’objectifs entre l’association COREPHA et la Communauté d’agglomération du Pays Voironnais
• Approbation de nouvelles adhésions au SYMAA (Syndicat Mixte Alpes Abattage)
° Questions diverses

1 2 3