C’est le Cirque à Voiron !

UN CIRQUE EN OR…

Parti de Grenoble, le Festival international du Cirque est venu planter son chapiteau à Voiron. Personne ne conteste le plaisir et l’intérêt d’un tel événement pour notre ville. Mais voilà l’addition est salée. Au départ il a été annoncé un coût pour la ville de 75 000 € autant pour le Pays Voironnais. 150 000 € c’est cher, mais pourquoi pas, puisqu’il a été promis des retombées économiques importantes pour l’économie locale. De plus le Maire de Voiron rassure tout le monde « c’est un engagement pour un an, nous ferons le bilan et prendrons ensuite la décision de poursuivre l’aventure ou non ».
Malheureusement la réalité n’est pas la même. Lors de la décision modificative au budget présenté au Conseil Municipal du 9 novembre 2015 c’est une rallonge de 43 000 € pour la ville autant pour le Pays Voironnais. Le compteur s’affole pour atteindre aujourd’hui 236 000 €. Mais ce n’est pas fini. Il ne sert à rien de tenter de minimiser les choses, il y aura bien encore des heures et des heures de travail pour les services municipaux à remettre en état le sol du terrain de La Brunerie. L’addition n’est pas terminée. Les heures de la police municipale, des techniciens ville et Pays Voironnais sont également à ajouter. Nous atteindrons certainement une dépense pour le contribuable de plus de 250 000 €. Mais ce n’est pas grave, car il y a des retombées économiques : 105 000 € d’après le producteur privé. Oui quand on fait la différence le compte n’est pas bon. Le Maire nous dit l’importance d’avoir mis le sourire aux lèvres des voironnais dans le moment difficile que nous traversons. Il suffisait Monsieur le Maire d’accueillir un grand cirque  qui aurait pris le risque comme tout vrai entrepreneur. Mais voilà ce n’est pas suffisant, l’on préfère maintenant à Voiron les opérations qui brillent sur celui en profondeur. La ville a fait le choix de mettre 125 000 € sur un événement que d’apporter son soutien aux associations voironnaises, à la M.J.C ou encore à une véritable politique de soutien aux commerçants du centre-ville qui se meurent (ce n’est pas le parking des tisserands vide qui est la solution).
Pourquoi Monsieur le Maire ne pas avoir tenu votre engagement ? Pourquoi avoir présenté une délibération pour reconduire la convention avant le bilan financier définitif ? Pourquoi nous avoir fait croire que le Conseil Municipal déciderait, alors que le programme 2016  a été distribué avant que l’édition 2015 ait lieu ?
Monsieur le Maire se plaint des baisses des dotations de l’état, souhaite baisser les impôts locaux. Si nous pouvons comprendre cela, nous  pouvons même l’aider, le festival du cirque à Voiron pourquoi pas, mais pas sur le dos du contribuable.

Article original avant parution dans  » A Voiron  » de Janvier 2016

Pays Voironnais : nouvelles taxes sur les parkings TER

Modalités de gestion et de tarification des parkings des gares

Vous nous soumettez une délibération, ce soir, sur la gestion et tarification des parkings des gares.
Outre le fait que nous avons l’impression d’être dans une marche en avant forcée, des questions restent en suspens sur le caractère précipité de ces décisions.
Nous n’avons pas eu, en commission, d’éléments sur le coût actuel de la maintenance des parkings, celui en silo de Rives et celui de surface à Moirans, éléments qui devraient apparaitre dans le budget prévisionnel : si ce coût est dérisoire aujourd’hui, pourquoi serait-il exponentiel demain ?

Vous avez concerté les maires des communes concernées (et d’ailleurs le maire de Rives n’est pas favorable à cette proposition) mais aucune concertation du côté des associations d’usagers. Vous défendez des valeurs de démocraties participatives avec une charte qui nous a été présenté mais vous concertez après avoir délibéré. Etonnante conception de participation !
Les objectifs exprimés et que je partage sont de faciliter l’accès aux trains, de valoriser les transports en commun et mode doux. Comment peut-on être dans une dynamique de valorisation lorsque le contribuable voironnais subit la double peine de payer le parking par ses impôts et par son abonnement. Sachant que les abonnements de stationnement ne sont pas obligatoirement pris en charge par l’employeur.

Aujourd’hui, les usagers de Rives ont un parking gratuit et demain ils devront avoir un abonnement de 20€/par mois (220€/an), pour avoir la vidéo surveillance en plus qu’ils n’ont pas demandé ! Un fois de plus on diminue le pouvoir d’achat des salariés parfois modestes. Ces usagers auront avantage à se garer sur le parking du supermarché très proche !
Ou alors, les usagers n’auraient-ils pas intérêts à prendre leurs voitures et à déclarer aux impôts leurs frais de déplacements professionnels ?

Vous évoquez les contraintes budgétaires et proposez un coût d’équipement des parkings de Moirans et Rives de 500 000 €, amortis sur 10 ans. Est-ce nécessaire dans la conjoncture actuelle, sachant que cet investissement ne sera pas générateur d’emploi (sauf celui du gardien ?). Nos parkings actuels sont-ils à ce point insécure pour recourir à du gardiennage ? Personne n’en n’a fait état à ce jour.
Quant au prestataire, il semble déjà choisi… en commission nous avons entendu le nom de Vinci. Ceci cache-t-il d’autres projets ?
Cette délibération est vraiment un mauvais signe pour l’environnement juste à la fin des négociations de la COP 21 ?
Pour ma part, je souhaite que cette délibération soit reportée.
La Rédaction, le 22 décembre 2015