A Voiron – Notre tribune du numéro de Mars

DEUX ANS…Le tiers : Etat du mandat

Voilà deux ans que la nouvelle municipalité développe sa politique. Ce tiers du mandat nous permet de faire un premier bilan sur l’action du maire.

Tout d’abord force est de constater que l’équipe « Les Républicains » tendance Sarkozyste a pris en pleine face la réalité du quotidien. L’écart entre les promesses de campagne et l’action est importante. Le parking derrière le Grand-Angle dans l’espace Rossignol-République était trop éloigné du centre-ville pour les candidats de l’époque, aujourd’hui il est devenu pertinent. Un nouveau parking a été créé à côté de celui des Tisserands, parking cher pour la collectivité (800 000 €) un de plus au sud, toujours rien au nord. Ce parking est très peu utilisé sauf le samedi matin parce que gratuit à ce moment-là. Autre problématique de stationnement, le maire et sa légion ont voté pour les parkings payants pour ceux qui prennent le train pour aller travailler. Pénaliser les gens qui travaillent après avoir fait un discours sur la valeur travail au moment des vœux. Est-ce cohérent Monsieur le Maire ?

Nos rues ne fleurissent malheureusement pas de fleurs mais de panneaux à vendre sur des façades de commerces. Le tout n’est pas de dire que le commerce est le poumon d’une ville faut-il  encore lui apporter de l’oxygène.

L’avenir de la ville : sa jeunesse, moins 60 000 € chaque année pendant 3 ans pour la M.J.C, 10% de baisse aux subventions associatives au moment où nous avons besoin de lien social. Une école fermée : Paviot, laissée à une école privée au tarif plus que sélectif.

L’instabilité du monde a fait que tous les citoyens de bonne volonté pensent qu’il est primordial de réaffirmer nos valeurs républicaines. A Voiron, le maire a supprimé le conseil municipal d’enfants, le conseil des sages où nos anciens pouvaient travailler à l’avenir. La démocratie participative est oubliée.

Mais il faut également reconnaître quelques points positifs. La volonté du maire d’afficher un grand événement à Voiron. Le choix s’est porté sur le Festival International du Cirque malheureusement la facture pour le contribuable est salée 280 000 € (Ville de Voiron + CAPV). Décidément avec toute la bonne volonté il est difficile de trouver du positif. Ah si ! La capacité à communiquer, communiquer, l’action constructive serait mieux pour les voironnais.

Notre tribune du numéro de Mars du magazine : A Voiron

Démission de l’ancien Maire, Roland Revil, de la CAPV

Monsieur le Président

Par ce courrier je souhaite vous donner ma démission de conseiller communautaire

En voici quelques-unes des raisons.

Ce mandat a mal commencé ! Vous avez exclu de votre exécutif les élus du groupe d’opposition de Voiron, cela apparemment sous la pression du maire de Voiron et certain élu socialiste. Pourtant par le passé, j’avais fait en sorte qu’une élue de l’opposition soit vice-présidente dans votre exécutif.

De grands projets avaient été travaillés, réfléchis, sous votre autorité pendant la précédente mandature .Ceux-ci sont maintenant abandonnés à la demande  du maire de Voiron, j’en veux pour exemple le projet arrière gare de DiverCité qui devait, outre la gare routière, regrouper différents bureaux de la CAPV en un seul bâtiment .Il devait permettre également, dans le cadre de la mutualisation, de se projeter et de regrouper  des services. Enfin  il permettait  d’offrir des bureaux à des entreprises qui auraient  souhaité s’installer dans la capitale du pays Voironnais. Cet abandon va sans doute coûter à la collectivité plus de 200 000€ en études et une grande perte de temps, tout cela pour faire plaisir à une dizaine de riverains qui perdait un peu de vue sur la Sure.

Vous avez également validé le projet du parking Sernam pour un coût de plus de 800 000€ pour la ville, tout ceci pour respecter une promesse électorale du maire de Voiron, créer des places de parking en centre-ville (en dehors du mercredi matin ce parking est occupé par 5 à 12 voitures !). Sur  ce foncier était prévus un petit immeuble  d’habitation ainsi que des commerces et un lieu de détente avec son parking. Dans le même temps le parking des Tisserand est rarement plein !

Alors que nous sommes en pleine crise financière, vous maintenez la réalisation d’un musée archéologique à Paladru dont le coût pour les collectivités représente plus de 4 millions d’euros, je doute que ce projet fasse partie les attentes de la majorité des habitants de notre territoire.

En économie,  vous accepter de vendre à perte du foncier sur Centr’alp ce que nous refusions par le passé, car il reste peu de terrain à proximité de Grenoble et que dans ce secteur le prix marché est nettement plus important.

En matière de logement il semblerait que l’accord sur le PLH qui prévoyait 25 % de logement à caractère social dans tous les collectifs se réalisant sur la ville centre soit remis en cause par son Maire. Je crains que, là encore, vous  soyez amené à céder.

Alors que toutes les collectivités cherchent à faire des économies, vous validez le retour du festival du cirque à Voiron sans maitriser réellement le coût  pour le contribuable.

Bien que je sois favorable à une prise de compétence culture par la Pays Voironnais, je crains qu’elle ne se traduise par une augmentation des impôts pour certains habitants du territoire. Avons-nous cherché ailleurs des économies ?

Monsieur le Président, je ne vois plus le Pays Voironnais tel que nous l’avions ensemble envisagé, vous êtes sans doute pris dans  des accords politiques que je ne valide pas .Dès lors, Je préfère me retirer.

Recevez, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

Roland REVIL

demission-rolandrevil-capv

Point de situation au sujet des parkings des gares

Bonjour,
Le 26 janvier, les élus du Pays Voironnais ont voté majoritairement POUR la tarification des parkings des gares de Moirans et Rives, sans concertation et ce malgré les nombreuses questions et observations restées sans réponse. Nous nous sommes opposé dès le début à cette délibération présentée en commission Mobilité. Une pétition a été mise en ligne par les associations, collectifs et usagers des gares de la CAPV.
Pour soutenir les collectifs, associations et usagers, Osons l’avenir à Moirans, Voreppe Avenir, Vivre Voiron et des maires et élus positionnés contre ce projet ont réalisé des tracts et les ont diffusé avec tous ceux qui se sont joints ponctuellement pour soutenir cette démarche.
Pour ré-ouvrir le dossier et obliger la CAPV à consulter les usagers, collectifs et associations, et travailler sur une véritable étude d’impact ciblée (toutes les communes n’ayant pas la même problématique et Moirans les collectionne avec la circulation rue de la Coste, le fait d’être une gare de rabattement, la sécurité des piétons à proximité du lycée…), nous avons demandé la prise en compte de la Charte de la participation citoyenne.
Aujourd’hui,  nous avons atteint les 1% de signatures et  nous sommes même bien au-delà des 930 signatures CAPV exigées (pour info : environ 93 000 habitants au Pays Voironnais). Ce qui nous permet de donner une suite à cette mobilisation que les médias ont et vont également relayer. La mobilisation a été forte à Moirans qui a  atteint pratiquement le maximum de signatures prises en compte pour le calcul (25%).
 Le maire de Moirans s’est positionné à la CAPV et au conseil municipal de jeudi comme soutien à cette démarche. Nous attendons de lui qu’il mette maintenant ses paroles en actes !
C’est déjà une belle victoire des citoyens qui vont pouvoir être entendus sur un dossier complexe qui les concerne en premier lieu ; la participation le prouve !

Pour que cette réussite soit totale, il faut rester mobilisé et continuer à signer et faire signer autour de nous en cliquant sur le lien indiqué en bleu dans le tract (iciou en tapant PETITION/PARKINGS/CAPV sur internet.
Source: La Redaction

Pétition et Parkings TER Payants, Acte II…

Intervention Conseil communautaire 26 janvier 2016

Mon intervention de ce soir ne reprendra pas les points que j’ai exposé dans le conseil communautaire de décembre.

En décembre, nous avions reporté cette délibération pour avoir le temps de travailler davantage le dossier. Entre le 22 décembre et les 5 janvier et 6 janvier (conseil privé et commission mobilité) il n’y a eu aucune avancée sur le dossier. Il a même été décidé de reporter la délibération en l’état !!!

Cependant, ce report a permis en concertation ou plutôt une information au niveau des usagers grâce à la coopération et à la mobilisation de différentes associations :

  • Les usagers de la ligne Grenoble Valence,
  • Le collectif des usagers SNCF de la gare de Réaumont,
  • Le collectif TER de Voreppe,
  • Les usagers des lignes TER de Lyon, SAG Grenoble et valence Grenoble,

Des représentants sont d’ailleurs présents ce soir dans cette salle.

La pétition qui a été lancée a recueilli 934 signatures(à 18h35).

Ce chiffre témoigne de l’importance de ce sujet au niveau des usagers ou de leurs proches…


Qui sont les usagers ?

  1. Des personnes qui travaillent dans l’agglo grenobloise,
  2. Des étudiants (jeunes et moins jeunes) qui n’ont pas d’aide pour leur transport,
  3. Des familles avec plusieurs abonnements TER et des horaires différents,
  4. Des occasionnels qui s’interrogent sur leur place dans ce projet,
  5. D’autres occasionnels qui se rabattent sur une autre gare lorsqu’il y a des problèmes de suppression de train de dernière minute, des retards, grèves, accidents sur la voie….

Sans oublier de faire état du parcours du combattant qu’effectue certains salariés entre la dépose des enfants à la crèche ou à l’école avant d’aller prendre le train et arriver au travail (la souplesse horaire est incontournable pour tenir le temps de travail).

Cette pétition a recueilli plus de 900 voix, certes elles ne sont pas toutes issues du Pays voironnais mais si nous faisons référence à la Charte de la concertation, nous sommes proche du 1 % de la population avec moins de 25 % des habitants d’une même commune… Ce qui doit déclencher une concertation. Comment ne pas le prendre en compte ?


Que disent les signataires ?

Ils témoignent :

  • en grande majorité de difficultés financières « encore des mesures qui grèvent le budget ». Personne ne souhaite augmenter les impôts mais on taxe les salariés !
  • De la colère face à une injustice : Ras le bol d’être des vaches à lait !, pourquoi inciter les usagers à emprunter les transports en commun et taxer ces choix ?
  • Des incohérences des politiques de transport : entre les différents collectivités, les parkings de rabattements sont gratuits en général, Moirans est bien dans ce cas là ! « il semble que les politiques ont le cerveau à l’envers »
  • L’incohérence face aux enjeux environnementaux et à la COP 21 la paiement nuit à l’incitation de prendre les transports en communs. « comment rendre les gens éco-responsables en les taxant ? »
  • Le manque de concertation et ne pas avoir fait état de ces projets dans les différents réunions du comité de lignes…

Des propositions émargent, des souhaits de concertations sont évoqué mais en amont pas après décision.

Cependant, il semble que cette question du transport et des gares de rabattements est beaucoup plus large que celui du Pays Voironnais, il regarde les fréquences des trains, les arrêts, les différentes lignes… Un collectif fort et concerté peut être une proposition de solution.

Cette délibération doit être reportée à l’issu d’un vrai travail d’étude d’impact.

Pour signer la Pétition en ligne, cliquez ici.

104537322

 

 

 

 

 

 

 

Source :  La Rédaction

Paviot : Publique ou Privée

L’école de Paviot avec ses 44 enfants n’était pas viable …

Alors on ferme !!!

Mais huit enfants en maternelle avec un encadrement de cinq personnes dans la même école, le même espace…

Cela est viable … à condition que vous payiez 600 euros par enfant sans oublier 300 euros d’inscription et la cantine en sus !!!

Pour l’instant on parle de la maternelle ?

Si vous gagnez le SMIC …..ne rêvez pas !! même si votre enfant a un QI élevé !

J’ai l’impression de revenir en arrière: A l’école  je me souviens que l’on reconnaissait les différentes couches sociales,  les filles qui avaient de jolies blouses… la fille du médecin, du pharmacien … et, les autres … les filles avec des blouses grises qui grattaient les bras, le cou !

Source: La Rédaction

ecolepaviot

Image issue du Dauphiné Libéré du Mardi 5 Janvier 2016

C’est le Cirque à Voiron !

UN CIRQUE EN OR…

Parti de Grenoble, le Festival international du Cirque est venu planter son chapiteau à Voiron. Personne ne conteste le plaisir et l’intérêt d’un tel événement pour notre ville. Mais voilà l’addition est salée. Au départ il a été annoncé un coût pour la ville de 75 000 € autant pour le Pays Voironnais. 150 000 € c’est cher, mais pourquoi pas, puisqu’il a été promis des retombées économiques importantes pour l’économie locale. De plus le Maire de Voiron rassure tout le monde « c’est un engagement pour un an, nous ferons le bilan et prendrons ensuite la décision de poursuivre l’aventure ou non ».
Malheureusement la réalité n’est pas la même. Lors de la décision modificative au budget présenté au Conseil Municipal du 9 novembre 2015 c’est une rallonge de 43 000 € pour la ville autant pour le Pays Voironnais. Le compteur s’affole pour atteindre aujourd’hui 236 000 €. Mais ce n’est pas fini. Il ne sert à rien de tenter de minimiser les choses, il y aura bien encore des heures et des heures de travail pour les services municipaux à remettre en état le sol du terrain de La Brunerie. L’addition n’est pas terminée. Les heures de la police municipale, des techniciens ville et Pays Voironnais sont également à ajouter. Nous atteindrons certainement une dépense pour le contribuable de plus de 250 000 €. Mais ce n’est pas grave, car il y a des retombées économiques : 105 000 € d’après le producteur privé. Oui quand on fait la différence le compte n’est pas bon. Le Maire nous dit l’importance d’avoir mis le sourire aux lèvres des voironnais dans le moment difficile que nous traversons. Il suffisait Monsieur le Maire d’accueillir un grand cirque  qui aurait pris le risque comme tout vrai entrepreneur. Mais voilà ce n’est pas suffisant, l’on préfère maintenant à Voiron les opérations qui brillent sur celui en profondeur. La ville a fait le choix de mettre 125 000 € sur un événement que d’apporter son soutien aux associations voironnaises, à la M.J.C ou encore à une véritable politique de soutien aux commerçants du centre-ville qui se meurent (ce n’est pas le parking des tisserands vide qui est la solution).
Pourquoi Monsieur le Maire ne pas avoir tenu votre engagement ? Pourquoi avoir présenté une délibération pour reconduire la convention avant le bilan financier définitif ? Pourquoi nous avoir fait croire que le Conseil Municipal déciderait, alors que le programme 2016  a été distribué avant que l’édition 2015 ait lieu ?
Monsieur le Maire se plaint des baisses des dotations de l’état, souhaite baisser les impôts locaux. Si nous pouvons comprendre cela, nous  pouvons même l’aider, le festival du cirque à Voiron pourquoi pas, mais pas sur le dos du contribuable.

Article original avant parution dans  » A Voiron  » de Janvier 2016

1 2